Shizuoka – Nihondaira – 2012

IMG_0053

Jeudi 29 mars 2012


Trois objectifs pour cette journée :

  • Manger des fraises
  • Voir le Mont Fuji
  • Gambader dans les champs de thé

La journée ayant donc un programme chargé, je suis arrivée assez tôt à Shizuoka situé à 130 kilomètres de Fujisawa. Le temps de poser mon sac à l’hôtel et de revenir à la gare pour attraper de justesse l’un des quatre bus de la journée pour Nihondaira à quelques kilomètres.


shizuoka 1

Attendant sagement par terre, une classe de gamins d’une dizaine d’année laisse d’abord rentrer tout le monde. Je suis assise au fond du bus et à ma gauche il y a deux places vides.

Je sens bien que les gamins sont un peu intimidés et n’osent pas s’y installer. Il est vrai qu’ils ne doivent pas souvent voir d’étrangers par ici.

En tout cas, moi, je n’en ai pas encore vu, à l’exception de Kamakura qui est très touristique, je ne suis entourée que de Japonais, ce qui n’est pas pour me déplaire !

Au bout d’un moment quand même, ils finissent par s’assoir à trois sur les deux places et entament une conversation avec les deux autres femmes du fond. Les regards de ces dernières vers moi sont bienveillants et grâce à leurs trois mots d’anglais et mon petit dico on commence tous à échanger quelques mots.

Je les ai bien fait rire en tentant de dire quelques phrases en japonais, et on s’est quitté avec de grands au revoir de la main. Un moment bienvenu quand on voyage seule !

Arrivée au sommet de Nihondaira, un téléphérique nous conduit sur le sommet d’une colline voisine où est perché un temple exceptionnel, entouré d’une forêt de bambous gros comme nos arbres, le temple Kunozan Toshogu.
Je peux ainsi mieux me rendre compte du bazar que ça va être pour trouver un champ de thé accessible. Pas de route exceptée celle prise par le bus, des dénivellés de ouf et une végétation un peu trop dense…Pourtant quand j’ai fait mes repérages sur Google Maps ça avait l’air plus facile …les petits traits blancs n’étaient donc pas des routes ???

Plus j’avance à l’intérieur des lieux et plus les bâtiments sont impressionnants par leurs couleurs et la richesse de leurs détails. Je suis surprise par l’état impeccable des peintures et dorures. Le travail d’entretien considérable est sans aucun doute parfaitement effectué.









Puis je descends vers la côte en empruntant des escaliers qui me conduisent aux nombreuses serres de fraisiers tout de long de la côte. Objectif numéro un réussi ! Les fraises sont vraiment délicieuses, sucrées, juteuses. Je les mange sous forme de gâteaux, de jus, à même la barquette …





Je fais le plein de vitamines pour la remontée vers le téléphérique.






Par chance le beau temps était aussi au rendez-vous, sans ça je n’aurais pas pu contempler le Fuji-san.



Je me suis imprégnée du calme dégagé et suis restée longuement à savourer le fait qu’une fois de plus j’avais devant les yeux une de mes nombreuses images du Japon qui devenait réalité. Objectif numéro deux largement atteint !



Ahhhhhhh je suis bien, là !!!!!


Il me reste peu de temps pour trouver les champs de thé. Le dernier bus part vers 16 heures et je ne veux pas le rater bien sûr. Je me vois mal rentrer à pied sur quinze kilomètres sur des routes exiguës perdues dans ces collines. Après m’être un peu éloignée afin de trouver mon bonheur, je dois malheureusement faire demi-tour pour attraper le bus. Bon on peut pas faire un sans-faute tous les jours ! Mais quand même objectif à moitié atteint car j’en ai vu plusieurs le long de la route du retour. J’aurais cependant bien aimé pouvoir passer la main le long de ces sillons verts éclatant et rebondis.
Photo prise vite fait au travers de la vitre en fin de trajet, alors que j’avais vu passer sur le chemin du retour pleins de petits champs de thé mais, hélas, trop vite pour les saisir avec mon appareil.

 

Intégralité des photos de cette journée :

3° – jour – Shizuoka – Nihondaira

Passer au jour suivant : Amami

ou

Retour à l’accueil

Partagez cet article :