Amami – Escale entre Osaka et le Mont Koya

 

Vendredi 30 mars 2012


 

Cette journée sera l’occasion de quitter les sentiers battus et de passer du temps dans un véritable ryokan à Amami, un tout petit village aux pieds du Mont Koya. Enfin, en imaginant quand même qu’il ait de grands pieds puisque j’avais encore une heure de trajet pour y parvenir. Mais cet épisode sera pour le lendemain.
En attendant, tout commence sur le quai d’une gare comme souvent ces jours-ci d’ailleurs…

J’ai 370 kilomètres en train depuis Shizuoka à faire dans un premier temps (110 minutes, trop fort !) pour arriver à Osaka. Sur place, relever le défi de trouver une consigne disponible pour y poser mon gros sac afin de ne pas me le trimbaler le lendemain quand j’irai au Mont Koya.

A Osaka, il y a plusieurs grosses gares et quand je dis grosses c’est même énormes. Avec plusieurs niveaux, plusieurs ailes, des couloirs en veux-tu, en voilà !
J’arrive d’abord à Shin-osaka, la gare des Shinkansens, trains ultra-rapides. Je fouine dans tous ses recoins, mais pas de consignes de libre…

Bon… Il me reste une possibilité dans la gare de Namba d’où je dois prendre de nouveau un train local en direction d’Amami, petit village situé à une petite heure de là.
Mais à Namba, c’est le cauchemar…
Pas de bol j’arrive sur les coups de midi et c’est le rush dans toutes ses galeries. Et bien sûr les consignes sont toutes prises..








Bon, comme toujours c’est en déclarant forfait qu’au dernier moment, coup de bol, j’en vois une qui n’attend que moi.
Elle est tellement mignonne avec sa petite clé qui se dandine que je me rue dessus. Bon, évidemment pas de monnaie.
C’est un peu la galère de faire du change de billets. Au Japon, on dirait que ce n’est pas dans leurs habitudes. Je finis par laisser toutes mes affaires à côté de la consigne histoire de faire comprendre « heuuu celle là elle est pour le gros sac orange, là et le petit sac vert aussi  » et les abandonner hors de ma vue pour aller acheter un truc vite fait. Je vais avoir l’occasion de vérifier la légendaire honnêteté japonaise.
Et bien oui, no problémo !! Et j’en aurai des témoignages tout le long de mon voyage. J’adore le Japon !!!!
Mon gros sac casé, je cherche maintenant mon chemin pour le train qui va à Amami. Tout en cherchant je prends moult photos pour pouvoir retrouver mon chemin et récupérer mon sac le lendemain tel le petit Poucet.

J’arrive à Amami vers 17 heures. Toute petite gare bien mignonne, petit village dont j’ai vite fait le tour je rejoins le ryokan Nantenen à deux pas de la gare.













Je suis reçue comme une reine, par un homme parlant parfaitement anglais qui me montre ma chambre, me demande ce que je désire manger le soir et si je prends un « traditionnal japanese breakfast » demain matin. J’interroge mentalement mon estomac pour savoir s’il se sent capable d’avaler du poisson au petit-dej (pourvu qu’il n’y ait pas de natto) et il me répond « Allez ! pareil !! ». Bon ok pour un p’tit dej.
Puis il m’explique comment utiliser le onsen (bain thermal japonais). Ah oui le onsen … Ça, il faut le vivre ! Cela consiste en un bain dans un bassin d’une eau de source trèèèès chaude. Les Japonais sont grands fans de cette activité et on trouve des onsens un peu partout au Japon. Les bains sont séparés hommes/femmes et il y a tout un rituel à respecter.
Donc, je ne peux pas être au Japon et ne pas vivre cette expérience ! Tant pis pour ma pudeur !
Le gérant du ryokan insiste beaucoup sur le fait de ne pas me tromper d’entrée : « Pas les rideaux bleus, c’est l’entrée des hommes !! Vous prendrez l’entrée au rideaux rouges !! » Sûr ! je ferai attention !!
J’exécute chaque étape (Voir aussi article Arima onsen ) en me demandant ce qu’il va m’arriver. Je le découvre en faisant coulisser la porte qui sépare le vestiaire du onsen. Une pièce baignée de vapeur où se trouve un bassin de la longueur de la baie vitrée. Celle-ci est fermée car la nuit est déjà tombée et c’est dommage car cela aurait été bien sympa de se prélasser au bord du jardin.
Il y a déjà quelques personnes qui papotent. L’eau est vraiment bouillante (plus de 40 degrés) et j’y rentre difficilement. Mais une fois immergée, cela devient vraiment agréable, zen, relaxant. Je réalise qu’il faudra que j’y retourne le lendemain matin car c’est le seul endroit équipé de douches pour se laver. Bon avec un peu de chance à 7 heures du mat, il n’y aura personne…
Je retourne fissa dans ma chambre car le repas est servi à 19 heures.



C’est la grande classe !!!! Je fête cette fin de journée avec du saké glacé !

Intégralité des photos de cette journée :

4° jour – Amami

Passer au jour suivant : Koyasan

ou

Retour à l’accueil

Partagez cet article :