Arrivée à Kyoto – 2012

 

Jeudi 5 avril 2012


Je quitte donc Hiroshima en me promettant d’y revenir un jour. Dans la gare, un panneau affiche la météo de floraison des cerisiers agrémenté de clichés des principaux lieux des alentours.
Le trajet s’est encore effectué en un clin d’œil puisque pour faire 400 kms cela ne m’a pris que deux petites heures.
Lorsque j’arrive en gare de Kyoto, le temps est froid et pluvieux. De toute façon, je n’ai pas encore à sortir en ville puisque je dois partir à la recherche des infos touristiques de la ville car je n’ai aucune documentation dans mes bagages, excepté la localisation de l’office de tourisme.



Donc mon précieux itinéraire vers l’office de tourisme, trouvé sur un blog avant de partir, me conduit dans les derniers étages de la gare.
Là, je sors de l’ascenseur avec mon barda et me retrouve dans une zone de restauration …

Bon, infos erronées ? Ben oui, ça change tout le temps ! Finalement, après une visite plus que poussée de la gare, je le trouve sur le même niveau qu’un grand café, le « café du monde » au premier niveau de la gare. La photo de l’intérieur de la gare de Kyoto est prise depuis ce café.

Là, je fais le plein de livrets en anglais et français, ainsi que du mode d’emploi des transports, bus et métro. J’achète aussi un pass bus 1 jour à 500 yens et un pass métro+bus de 2 jours à 2000 yens.
Et comme le temps ne me fait pas risette, je m’installe à la terrasse du café ( zone fumeurs s’il vous plait) pour consulter mes plans et trouver LE bus qui va m’emmener à ma nouvelle auberge de jeunesse.A côté de moi, une fille seule, elle aussi française, semble, comme moi, paumée dans le déchiffrage de tous ses plans.
Je finis par savoir quel bus prendre et il ne me reste plus qu’ à trouver le point de départ. Mais comme tout ce qui concerne les transports au Japon, l’emplacement est indiqué sur un grand panneau à l’extérieur de la gare sur la place des bus.
Dans le bus, une jeune femme me voyant en train d’éplucher mon plan, me précise même l’arrêt auquel je dois descendre. Cool !

L’auberge de jeunesse que j’ai réservée est une auberge-capsules qui possède des chambres réservées hommes ou femmes pour 6 lits-capsules. Ça me change du dortoir d’Hiroshima où l’on devait être une vingtaine dans la même chambre en lits superposés et où la première arrivée était la première servie.





Pas de bol, ma capsule a une poutre en plein milieu…Par contre tout confort avec loupiote, prise de courant, un placard à clé et des colocs très tranquilles.

Je suis située en plein centre vers Kawaramachi et le célèbre quartier Gion connu pour ses rues préservées et symboliques du Japon est tout à côté. Petite immersion dans le flot de touristes et balade au hasard ( m’en fous, j’ai un plan !).
Il y a à manger partout avec démonstration de fabrication des produits pour mieux nous séduire et c’est vrai qu’à part mon café à la gare, j’ai le ventre vide. Je me laisse tenter par ce que je vois sans savoir, encore une fois, ce que je vais avaler.





Ben j’ai 50% de réussite : A gauche c’était super bon ; des biscuits genre biscuits apéro grillés, salés avec des cacahuètes et à droite autant ça semblait bon, autant j’ai eu beaucoup de mal à ne pas montrer mon déplaisir et à vite chercher une poubelle pour y jeter ces deux jolies boules de pâte de riz enrobées d’une sauce qui n’a pas goût de « revenez-y ». J’ai cherché un moment car ils n’en placent pas beaucoup des poubelles au Japon ..





Je déambule ensuite, tranquille, dans ces ruelles où il n’y a pas un seul papier par terre, traverse un parc où se trouve le temple Kennin-ji puis me retrouve devant le Théâtre Kaburen-jo de Gion-Kobu où se produisent les Geikos (geishas de Kyoto).



Sur le chemin du retour, petite pause au coin fumeur du quartier en bord de rivière avec des cerisiers en « full blossom » tout le long. Toutes les rues du centre de Kyoto sont non-fumeurs et rares sont les espaces dédiés.




En rentrant à la tombée du jour, je trouve un chouette supermarché qui fera moins de mal à mes finances qu’un resto et m’achète enfin de la viande rouge ! Je me déguste tout ça dans la salle à manger de l’auberge avant de batailler sur les claviers des PC mis à disposition…

Intégralité des photos de cette journée :

10° jour – Arrivée à Kyoto

Passer au jour suivant : Kyoto-Arashiyama

ou

Retour à l’accueil

Partagez cet article :