Toba 2016 – Le Sanctuaire Ise Jingu et son quartier commerçant

toba-2016-ise-jinja okage yokocho

 

Vendredi 15 avril 2016


 

A Toba pour deux nuits, après avoir été voir, hier, les rochers sacrés Meoto Iwa et les pêcheuses en apnée d’huîtres perlières, un lieu important à visiter est le sanctuaire d’Ise et son quartier commerçant.

Le sanctuaire Ise Jingu est en fait un ensemble de plusieurs sanctuaires répartis dans la ville d’Ise à 15 km de Toba, dans la préfecture de Mie. Les deux sanctuaires principaux sont dédiés à des divinités distinctes. Le sanctuaire Geku, sanctuaire extérieur et le sanctuaire Naiku, sanctuaire intérieur, sont distants de plus de quatre kilomètres.

Le sanctuaire Naiku est le site shintoïste le plus sacré du Japon, dédié à la déesse Amaterasu-Omikami, la divinité shinto ancestrale de la famille impériale. Il aurait été créé il y a plus de 2000 ans.

Depuis Toba c’est un très court trajet en train JR jusqu’à la gare d’Iseshi. En sortant de la gare, il faut prendre la belle voie pavée commerçante qui nous mène tout droit au sanctuaire extérieur Geku pour la première étape de la visite.


toba-2016-ise-jinja-geku pont hiyokebashi

toba-2016-ise-jinja-geku etang magatamaike

Le lieu est très vaste et arboré. On entre sur une esplanade recouverte de graviers qui conduit au pont de bois Hiyokebashi qui marque l’entrée du Geku, dédié à la divinité Toyouke Omikami. Puis la promenade longe le musée Sengukan au bord d’un étang sur lequel trône un beau ponton carré.

On passe ensuite devant le pavillion Kaguraden et juste après, on trouve le sanctuaire principal au bout de la large allée gravillonnée.

 

toba-2016-ise-jinja-geku kaguraden

 

Quand j’arrive à l’emplacement du sanctuaire principal, je suis un peu dépitée de voir qu’on ne peut pas prendre de photos. Le lieu étant sacré, le personnel du sanctuaire s’assure qu’on n’enfreint pas la règle.


toba-2016-ise-jinja-sanctuaire principal

toba-2016-ise-jinja-sanctuaire principal

Juste à côté un large emplacement vide est réservé pour permettre la construction d’un nouveau sanctuaire lors du rituel Shikinen Sengu. En effet, tous les vingt ans à Ise, un nouveau sanctuaire est construit reproduisant à l’identique le précédent. La dernière reconstruction, la 62 ème, date de 2013, il y a seulement trois ans et les bâtiments sont donc quasi neufs.

L’architecture des bâtiments est très caractéristique avec leur toitures recouvertes de chaume et dont les poutres se croisent en un Y.

 

toba-2016-ise-jinja-geku sanctuaire

 

Je passe une petite heure à me balader et à découvrir d’autres sanctuaires secondaires.


toba-2016-ise-jinja-geku sanctuaire

toba-2016-ise-jinja-geku sanctuaire

Puis je prends le bus juste en face du sanctuaire Geku pour un court trajet de vingt minutes qui me dépose à côté du pont Uji.


toba-2016-ise-jinja naiku pont ujibashi

toba-2016-ise-jinja naiku pont ujibashi torii

Long d’une centaine de mètres et fait du bois sacré des forêts de cyprès d’Ise, il est encadré par deux immenses torii de bois.. Le pont est également reconstruit tous les vingt ans.


toba-2016-ise-jinja naiku sake

toba-2016-ise-jinja naiku jardin

Au bout du pont, une fois passé le grand torii, on progresse sur une esplanade de graviers au bord de la forêt.

Un peu plus loin sur la droite on arrive au site Mitarashi, des ablutions rituelles de purification, au bord de la rivière Isuzu.


toba-2016-ise-jinja naiku mitarashi

toba-2016-ise-jinja naiku mitarashi 1


toba-2016-ise-jinja naiku kaguraden

toba-2016-ise-jinja naiku kaguraden

Je continue et arrive au pavillon principal Kaguraden en face duquel un petit chemin descend vers un sublime pont de bois semblable au pont Uji mais tout petit. Il enjambe la rivière Shimamichi et mène au sanctuaire Kazahinomi no Miya.


toba-2016-ise-jinja naiku pont

toba-2016-ise-jinja naiku pont


toba-2016-ise-jinja naiku mitarashi

toba-2016-ise-jinja naiku pont

Enfin, au bout de l’allée se trouve le sanctuaire principal Naiku en haut d’un large escalier de pierre. Les deux sanctuaires Geku et Naiku sont très similaires dans leur agencement et l’on rencontre de nombreux sanctuaires de bois avec leurs toits en Y tout en parcourant les nombreuses allées gravillonnées au milieu des forêts.

A la sortie du sanctuaire Naiku se trouve la grande rue commerçante Oharai Machi et le petit quartier Okage Yokocho.


toba-2016-ise-jinja okage yokocho

toba-2016-ise-jinja okage yokocho


toba-2016-ise-jinja okage yokocho

Les maisons et commerces sont construits dans un style traditionnel sur toute la longueur de la rue et dans le petit quartier attenant.


toba-2016-ise-jinja okage yokocho

toba-2016-ise-jinja okage yokocho


toba-2016-ise-jinja okage yokocho

toba-2016-ise-jinja okage yokocho

Les bâtiments sont magnifiques et on y trouve de quoi se restaurer, manger une glace ou acheter des souvenirs. Malgré la réputation du sanctuaire qui attire de nombreux japonais, ce n’est pas la cohue et on profite bien de la journée sans se marcher dessus.


toba-2016-ise-jinja okage yokocho
toba-2016-ise-jinja okage yokocho

toba-2016-ise-jinja okage yokocho
toba-2016-ise-jinja okage yokocho

En progressant le long de la rue commerçante on longe la rivière Isuzu. C’est l’heure de ma pause déjeuner au bord de l’eau. On est pas bien là ?

 

toba-2016-ise-jinja okage yokocho isuzugawa
 

Il me reste un peu de temps avant la tombée de la nuit pour rentrer à Toba et explorer la petite ville que j’ai un peu oublié pour l’instant.

La sortie de la gare est très accueillante. Je vais faire un tour rapide au shotengai qui fait de l’oeil aux rares passagers qui sortent du train mais il est pratiquement désert.


toba-2016-ise-jinja.toba-gare

toba-2016-ise-jinja.toba-gare-evacuation-tsunami

Il n’y a personne, c’est un peu triste d’imaginer que les gens doivent difficilement vivre l’absence de chaland. Il faudrait en faire venir de Kyoto où on se marche dessus…

La salle de jeu est aussi complètement vide.


toba-2016-ise-jinja.toba-salle-de-jeu

toba-2016-ise-jinja.toba-salle-de-jeu

Même si le panneau de renseignement « évacuation en cas de tsunami » jette un petit malaise, il indique où se réfugier sur les collines à proximité. Qui dit colline, dit point de vue et je me dirige vers le parc Shiroyama qui est tout près.

Sur le chemin je passe par le « centre ville » où là aussi, je ne croise personne.


toba-2016-ise-jinja.toba-centre-ville-2

toba-2016-ise-jinja.toba-centre-ville

Le Shiroyama Park compte deux visiteurs. En tout cas on y a une magnifique vue sur l’île de Mikimoto et sur la baie.


toba-2016-ise-jinja.toba-mikimoto

toba-2016-ise-jinja.toba-mikimoto

Je reconnais au loin le petit bateau rouge et blanc des plongeuses ama et je me dis que j’ai bien fait de venir à Toba. Ne serait-ce que pour avoir vu les rochers mariés et les ama.

 

toba-2016-ise-jinja.toba-gare
La visite des sanctuaires m’a moins bouleversée mais valait quand même le déplacement d’un point de vue tradition religieuse et architecturale qui m’a rappelé le sanctuaire Izumo Taisha même si là-bas je n’ai pas beaucoup mieux vu le sanctuaire sacré.