Kanazawa 2016

kanazawa-2016-chateau

 

Vendredi 8 avril 2016

 

 

Je zappe sur la journée d’hier consacrée au transport entre Takayama et Kanazawa.
A priori, il s’agissait seulement de deux heures de train tranquilles entre les montagnes mais la météo épouvantable me fait arriver dans la belle ville de Kanazawa avec deux de retard et sous des trombes d’eau.

la première partie du trajet étant trop exposée aux vents violents, je me suis retrouvée dans un petit train remplaçant le Limited express Hida. Son conducteur stoppait régulièrement son train pour attendre une accalmie et reprenait sa route jusqu’au point suivant trop exposé aux rafales.

Il a fallu se montrer très patient pour enfin arriver à Toyama où j’ai pu prendre le Shinkansen. Une fois à Kanazawa, c’est sous des trombes d’eau que j’ai rejoint mon hôtel, trempée alors que je n’avais que 200 mètres à faire.


train-vers-kanazawa-2016

Bon, une journée de perdue que je vais rattraper aujourd’hui avec une météo nettement plus favorable.

 

kanazawa-2016-gare-interieur

 

 

 
Le programme est du coup très chargé mais pas infaisable.

Le point de départ est à la gare d’où part le bus. Kanazawa n’est pas une ville très grande mais vu mon planning il vaut mieux gagner du temps en trajet.

Je m’achète une carte de bus Hokutetsu au transportation information center de la gare pour la journée à 500 yens seulement qui me donne accès à tous les bus touristiques. Et c’est parti !

La gare de Kanazawa à elle seule vaut le déplacement.

Son grand torii de  bois sur fond de verre et d’acier est un exemple parfait de la combinaison tradition et modernité, expression systématique dès que l’on parle du Japon, désolée.
Les piliers du torii doivent ravir les yeux des charpentiers et menuisiers ou amateurs de mikado.

 

kanazawa-2016-gare-exterieur


kanazawa-2016-gare-interieur.torii

 

Mon premier arrêt « Katamachi » sur la ligne de bus Left Loop bus se situe non loin du quartier des samourais, Nagamachi. Il suffit de quelques mètres pour quitter le gros boulevard et s’enfoncer dans un quartier de petites ruelles commerçantes traversées par de nombreux petits canaux et enfin arriver dans une zone résidentielle recréant l’ambiance des maisons de samourais.


kanazawa-2016-nagamachi-katamachi

kanazawa-2016-nagamachi-canal-2

kanazawa-2016-nagamachi-canal-1

 

Il y a un grand nombre de petits ponts enjambant les canaux pour accéder aux maisons qui rappellent le quartier de Kyoto, Gion Shirakawa.


kanazawa-2016-nagamachi-ruelles-1

kanazawa-2016-nagamachi-ruelles-2

Les ruelles pavées sont parsemées de pétales de cerisiers qui commencent à tomber. D’assez haut murets de couleur jaune ocre s’élèvent de part et d’autre du chemin et protègent les maisons. On pourrait se perdre dans ces nombreuses ruelles qui à chaque croisement invite à la balade. Il n’y a pas encore beaucoup de monde dans le quartier.

 

kanazawa-2016-nagamachi-nomura

 

Je me dirige vers la maison la plus connue que l’on peut visiter, la résidence du clan Nomura. L’entrée est à 500 yens et permet une immersion dans les habitudes des samourais.

 


kanazawa-2016-nagamachi-n

kanazawa-2016-nagamachi-nomura.interieur

 

La visite dans les différentes pièces aux sols recouverts de tatamis nous conduit vers un petit jardin extérieur tout en raffinement.

 

Plusieurs fontaines et petites cascades rendent l’ensemble très serein.

kanazawa-2016-nagamachi-nomura.jardin


kanazawa-2016-nagamachi-nomura.jardin-2

Je reprends le bus en direction du quartier Higashi Chayagai à deux kilomètres au nord-est. Mais à mi-chemin en passant devant le château, le boulevard est bordé de cerisiers en fleurs et le spectacle est tel que je descends du bus à l’arrêt Kenrokuen.


kanazawa-2016-chateau-arret-bus-kenrokuen

kanazawa-2016-chateau-arret-bus-kenrokuen.cerisiers

Ici c’est une explosion de fleurs de cerisiers avec une tour du château qui pointe son nez au dessus du nuage de pétales.
 

kanazawa-2016-chateau.1

 

Les cerisiers commencent à perdre les pétales et les passants se retrouvent sous une neige de ces flocons rose pâle qui recouvrent le pavé.

Je me dirige vers l’entrée du château par la porte Ishikawa. Encore un régal pour les yeux ! Il y a pas mal de monde dans le coin et plusieurs scolaires de sortie.


kanazawa-2016-chateau-ishikawa-gate--ruelle-1

kanazawa-2016-chateau-ishikawa-gate--ruelle-2


kanazawa-2016-chateau-katsurasaka-gate

kanazawa-2016-chateau-ishikawa-gate

Le château est au cœur d’un grand parc ce qui doit demander pas mal de temps à visiter. Aussi, je rebrousse chemin pour reprendre le bus vers le quartier des geishas. Ce n’est pas très loin à pied mais autant monter dans le bus qui arrive.


kanazawa-2016-higashi-chayagai-1

kanazawa-2016-higashi-chayagai-2

Le quartier des geisha, Higashi Chayagai, au bord de la rivière respire le Japon authentique avec ses vieilles maisons de bois.


kanazawa-2016-higashi-chayagai-3

kanazawa-2016-higashi-chayagai-4

Plusieurs ruelles pavées bordées de ces maisons de thé où j’ai pu entendre au coin d’une rue le chant d’une geisha.

Certaines rues sont complètement désertes alors que d’autres donnent lieu aux traditionnelles photos de mariage.

 

kanazawa-2016-higashi-chayagai-7


kanazawa-2016-higashi-chayagai-5

kanazawa-2016-higashi-chayagai-6


kanazawa-2016-higashi-chayagai-8

kanazawa-2016-higashi-chayagai-bord-de-rivière.2

Allez demi-tour vers le jardin Kenrokuen et cette fois j’y vais à pied en un quart d’heure en passant le long de la rivière au calme.

 

kanazawa-2016-higashi-chayagai-bord-de-rivière

 

Du coup je connais le chemin maintenant et je revois avec plaisir les bouquets de cerisiers.

 

kanazawa-2016-kenrokuen-1

 

Le jardin Kenrokuen est situé sur une colline en face du château et répond avec brio aux critères d’un jardin réussi. Il fait parti des trois plus beaux jardins du Japon avec le korakuen à Okayama et le kairakuen à Mito, le seul que je n’ai pas encore vu.


kanazawa-2016-kenrokuen-11

kanazawa-2016-kenrokuen-3

Les jardiniers entretiennent en permanence le jardin. Les arbres sont taillés et leurs branches soutenues pour éviter de ployer sous la neige.


kanazawa-2016-kenrokuen-2

kanazawa-2016-kenrokuen-4

Les mousses aux pieds des arbres sont débarrassées d’éventuelles feuilles mortes; Tout ressemble à une oeuvre d’art.

 

kanazawa-2016-kenrokuen-8


kanazawa-2016-kenrokuen-5

kanazawa-2016-kenrokuen-12

Le jardin est assez grand et la visite se fait autour d’un grand étang duquel partent quelques cours d’eau.


kanazawa-2016-kenrokuen-6

kanazawa-2016-kenrokuen-9


kanazawa-2016-kenrokuen-7

kanazawa-2016-kenrokuen-10

 

Je commence à en avoir plein les pattes et j’abrège la visite du jardin au bout d’une bonne heure quand même. Je fais l’impasse sur le grand parc du château qui m’aurait achevée et pour profiter tranquillement des lumières orangées du soleil couchant sur la ville je monte dans le Loop bus qui m’emmène faire un tour comme au manège. Je descends vers Katamachi à côté du quartier des samourais pour me balader le long de la rivière. Kanazawa est une ville qui compte deux rivières et de nombreux canaux ce qui la rend très agréable.

 

kanazawa-2016-pont-katamachi

 

Bon autant dire qu’une seule journée à Kanazawa c’est trop juste pour tout voir. Je suis sûre de revenir dans cette ville qui m’a vraiment charmée. Je prendrai le temps de voir le château et son parc et de flâner dans les petits quartiers tranquilles de la ville pour trouver d’autres trésors.

 

kanazawa-2016-boite-a-lettre