Shimanami Kaido 2019 – 25 km depuis Imabari

Imabari-2019-shimanami-kaido

 

Samedi 6 Avril 2019


 

Aujourd’hui c’est le jour du Shimanami Kaido !!

Le Shimanami Kaido est une longue piste cyclable de 70 km qui relie la grande île de Honshu à sa voisine Shikoku en traversant la mer intérieure de Seto. Il s’appuie sur un itinéraire passant par 6 ponts reliant un chapelet de 6 petites îles. La balade est sublime pour ses points de vue sur la mer de Seto.
Alors, attention, je ne suis pas du tout sportive mais une petite balade à vélo de quelques kilomètres à petite allure me convient bien surtout pour profiter des beautés de ce coin du japon.
C’est pourquoi je ne fais pas l’exploit de faire tout le parcours en une fois. Cette année, je voulais essayer de faire le reste du circuit que j’avais commencé  en 2014 depuis Onomichi.

Mais j’ai été un peu trop ambitieuse sur ce coup car je n’ai pas fait tout ce que j’aurais aimé.

La piste cyclable est une petite route goudronnée en général indépendante du réseau routier. Quand il n’y a pas grand monde, on se sent un peu les rois de la route mais il faut tout de même jeter un œil de temps en temps aux vrais cyclistes qui arrivent en trombe.
Car oui, je suis plutôt du genre à papillonner sur mon vélo en vrai touriste.
Le point le plus épineux est la météo et aujourd’hui elle est super belle. Grande chance !


Imabari-2019-shimanami-kaido-train-matsuyama

 

J’ai mon train à 8h10 en gare de Matsuyama en direction d’Okayama et qui s’arrête 40 minutes plus tard à Imabari. C’est le même chouette train que j’ai pris la veille avec ses petits personnages peints tout le long.

J’avais passé beaucoup de temps à préparer cette étape mais en descendant du train je ne sais toujours pas trop à quoi m’attendre .
En 2014 j’avais fait une petite portion de 35 km depuis Onomichi sur Honshu jusqu’à Setoda avec un retour en bateau.
C’était super beau et pas violent au niveau de l’effort.
L’idée est, là, de partir de Shikoku à Imabari et de rejoindre Setoda. Soit environ 35 km mais je ne m’attends pas à y arriver car cette portion n’a pas de bateau pour revenir à Imabari. Il faut donc faire l’aller ET le retour en vélo.

Les bus ne sont pas très clairs au niveau des horaires et au niveau des prix sachant qu’en plus si je laisse mon vélo ailleurs qu’au point de retrait initial (ce qui est une possibilité prévue pour les gens qui n’en peuvent plus et veulent rentrer en bus), je perds ma caution de 1000 yens. Donc je vais faire l’aller-retour Imabari – Lieu inconnu.

J’aurais voulu prendre un vélo électrique mais il n’y en avait pas à la station de location de la gare d’Imabari. Avec le recul j’aurais vraiment aimé un vélo électrique ! Mais il n’y en a seulement qu’à 6 km de la gare accessible avec un bus à l’heure environ. Trop galère donc de louer un vélo là-bas. Alors je me choisis un beau vélo tout rose fuchsia avec un panier au point de location situé juste à gauche de la gare d’Imabari.

Sur le chemin, je vais voir qu’il n’y avait pratiquement que moi en mode touriste et la fleur entre les dents. Que des pros du vélo en combinaison, chaussures spéciales et casque, hyper déterminés.
Le loueur me demande jusqu’où je vais et je dis Setoda. Alors il me demande combien de jours je loue le vélo et je dis un. Je vois bien où il veut en venir ! Il est très étonné et pour cause, Setoda est hyper loin et je n’y arriverai pas.

En route !

La première partie du trajet démarre de la gare pour rejoindre le premier pont Kurushima-Kaikyo sur une distance de 6 km. La piste cyclable longe la route ce qui n’est pas super sympa mais bon j’arrive au premier pont assez vite. On ne peut pas se perdre car il y a une ligne bleue tracée sur le goudron tout le long. De temps en temps, des panneaux indiquent les distances restantes à parcourir.

Juste avant le pont il y a l’observatoire Itoyama qui donne sur la mer de Seto.  Mais avec le soleil en face je me dis que j’y prendrai des photos au retour.

Le temps est beau mais l’air est chargé d’humidité et la vue est très brumeuse.


Imabari-2019-shimanami-kaido.imabari

Imabari-2019-shimanami-kaido.1

Le pont est un pont suspendu de 4 km de long passant au dessus de deux petites îles. A mi-chemin, au dessus de l’île Umashima se trouve un ascenseur ! Dingue ça ! Un ascenseur en plein milieu d’un pont pour descendre sur un petit îlot. Je prendrai le temps d’y descendre au retour.


Imabari-2019-shimanami-kaido.pont kurushima kaikyo

Imabari-2019-shimanami-kaido.pont-kurushima-kaikyo.2

En redescendant du pont par les petites routes réservées au vélos je fais ma première pause dans un petit port très sympathique où tout le monde vient de reposer ou se désaltérer dans un petit bar.


Imabari-2019-shimanami-kaido.2

Imabari-2019-shimanami-kaido-oshima

La vue est belle, le temps très agréable mais pas le temps de flâner, je repars vite car je n’ai que jusqu’à 17 heures pour faire mon aller-retour. L’itinéraire recommandé pour les débutants fait traverser la première île, Oshima par l’intérieur en évitant les collines. Malheureusement, on ne suit pas les rivages sur cette portion de 9 km et le trajet n’est même pas bucolique. On roule sur une piste cyclable tracée de chaque côté de la route et on est régulièrement doublé par les voitures et les camions. Sans intérêt donc.

Je me demande à chaque virage à quel moment je vais commencer à prendre plaisir à la balade. Je repense à ma virée depuis l’autre extrémité du parcours en 2014 que j’avais beaucoup aimée mais pour l’instant à part le pont et sa vue, ça ressemble un peu au parcours du combattant. Car en plus il y a de superbes côtes et j’en bave pour les monter. Logiquement il y a aussi de belles et longues descentes et cela permet de souffler tout en croisant les cyclistes qui galèrent dans l’autre sens. Aie … Moi, dans quelques heures, en pire …

Enfin au bout d’un moment, on arrive sur le rivage dans un petit port de pêche. Le temps de faire une deuxième pause sur la petite plage à côté et hop je renfourche mon destrier.


Imabari-2019-shimanami-kaido-oshima-port-mitakubo

Imabari-2019-shimanami-kaido-oshima-noshima-castle-ruins

 

Les 3 km restants avant le second pont donnent une belle vue sur la mer et ses îlots plantés de cerisiers au milieu de la brume.

 

Imabari-2019-shimanami-kaido-oshima-taizaki-island
Le second pont est assez rapide à franchir sur ses 1.1 km de long. Je commence à avoir une petite faim et surtout je voudrais faire une vraie pause. Il est midi trente et déjà trois heures sont passées. Je dois penser au retour qui va mettre plus de temps à cause de la fatigue.


Imabari-2019-shimanami-kaido-hakata-oshima-pont-2

Imabari-2019-shimanami-kaido-hakata-oshima-pont

Du haut du pont j’aperçois une jolie plage sur la deuxième île, Hakatajima. Voilà mon spot, il y a des petits restaurants et quelques cyclistes. Je n’y reste que le temps de manger et de fumer une cigarette car il est déjà 13 heures.


Imabari-2019-shimanami-kaido-hakatajima-island

Imabari-2019-shimanami-kaido-hakata-oshima-pont-velo

C’est dommage car le troisième pont n’est pas très loin mais je n’aurai pas le temps d’y aller. Je n’ai fait que 25 km depuis la gare car je n’avais pas prévu toutes ces côtes et ces faux-plats.


Imabari-2019-shimanami-kaido-imabari

 

C’est toujours au retour qu’on a le vent contre, quand on est fatigué. La selle du vélo est une calamité, j’ai les fesses qui tapent sur du béton à chaque bosse.

Avec un tel vent même quand je suis dans les descentes je n’avance pas si je ne pédale pas alors dans les montées c’est une horreur.

Enfin j’arrive au pied du premier pont et me pose quelques minutes. Malheureusement, le temps file et je n’ai pas le temps de m’arrêter prendre l’ascenseur. Je m’en veux de manquer ça mais je suis trop rétamée. C’était prometteur cette petite virée en ascenseur sur l’île mais quand j’ai vu qu’il fallait encore un peu pédaler, j’ai abdiqué.

Je finis sur les rotules à la gare et je n’arrive presque plus à marcher une fois que j’ai rendu le vélo. Je me marre bien quand j’y repense.

Je suis bien déçue de mon Shimanami Kaido version Imabari. Je m’attendais à revivre l’expérience de 2014 depuis Onomichi où je m’étais régalée. Mais là, le peu de trajet que j’ai fait n’était pas vraiment sympa et surtout fatigant pour une non-sportive comme moi. Si c’est à refaire, je prendrai un vélo électrique ou mieux, je referai mon parcours de 2014 qui lui était vraiment chouette.

Partagez cet article :