Hiroshima – 2012

 

Lundi 2 et mardi 3 avril 2012


Dans le train Shinkansen, au bout d’une petite heure depuis Fukuyama, une petite mélodie qui me fait penser à du Miyazaki m’annonce l’arrivée à Hiroshima.
Pur bonheur, pour une fois la collecte des infos pratiques de la ville est très facile puisque deux jeunes femmes parlant parfaitement anglais attendent les touristes au bout du quai.
Munie du plan de la ville et des transports, je trouve le tramway qui me dépose à côté de l’auberge de jeunesse.

Comme le Check-in ne se fait que plus tard dans l’après-midi, je leur confie mon sac et pars au hasard en direction du Parc pour la Paix.
Le long de la rivière, les cerisiers ne sont pas encore en pleine floraison. Mais les gens ont déjà commencé à fêter Hanami. C’est une coutume qui célèbre la floraison des cerisiers et où les gens pique-niquent sous leurs branches fleuries, installés en grands groupes sur de grandes bâches bleues. Ça me plairait bien d’y participer …Mais bon, je ne connais personne …
Sur le chemin, un jeune japonais m’accoste et après avoir discuté un moment en anglais, il me propose de me joindre à son groupe. Whaouuu !!!! Je n’aurais pas cru les Japonais si ouverts envers les inconnus. Je pense que Takeshi (chouette prénom) avait peut-être déjà un peu trop bu et sa timidité toute japonaise n’y a pas survécu.

Ben j’ai passé trois heures très sympas avec tous ces gens. Ils travaillaient sur un gros bateau de croisière d’Hiroshima, le Ginga, et avaient leur journée offerte par leur employeur pour Hanami et se retrouvaient tous là, tout le personnel, du cuistot au commandant.
On m’a offert, outre de la bière, du vin de prune, des gâteaux fourrés à la crème de cerise et un plat d’okonomiyaki.
« Quoi !!! tu connais pas l’Okonomiyaki ?? »
« Heuuu nooon…. »
Ben c’est une spécialité d’Hiroshima, et c’est très bon ! Des nouilles sautées recouvertes d’œufs battus et d’une sauce, d’une sauce …qui tue sa mère.
Vers 17 heures, ils ont commencé à tout ranger et ne m’ont pas laissée les aider. Je n’ai pas trop insisté car visiblement cela les aurait vexés qu’une invitée participe au nettoyage.
J’ai essayé de leur faire la bise et je me suis bien marrée car c’est pas du tout leur truc ! Au mieux, ils se serrent la main ; mais la bise !!!
« You have to make the noise in the same time you kiss ! »
On m’a raccompagnée exactement au même endroit où l’on m’avait rencontrée et je me suis retrouvée un peu pompette pour reprendre ma balade.
Très vite, je suis arrivée au Dôme de la Bombe. L’ambiance est de suite retombée…

 


Le Dôme de Genbaku est pratiquement le seul bâtiment n’ayant pas été détruit par la bombe. Ça me plait qu’ils n’aient changé en rien son aspect depuis la catastrophe. La visite du Musée pour la Paix est impressionnante et débute avec deux maquettes côte à côte de la ville, Avant et Après. Pratiquement tout a été dévasté, sauf le Dôme, en piteux état mais encore debout. Tout le reste n’était que ruines.

Le lendemain, bon gros mauvais temps …Il va falloir improviser… Oh cool un Manga-café !



Bon, le temps de me faire expliquer le fonctionnement et je m’installe après m’être servie un « bon » café chaud et m’être équipée d’un cendrier.
Je me concentre pour taper sur le clavier bilingue qwerty/katagana. Heuuu, c’est où les accents ??
Bon, tant pis pour les voyelles sans accent !







Dehors, il pleut et vente bien, donc, à nouveau, repli dans un resto pour manger de ……..
l ‘okonomiyaki !

Dans l’après-midi la météo est plus clémente et j’en profite pour voir le château d’Hiroshima et le jardin traditionnel Shukkei-en.


Hiroshima me laisse un tendre et agréable souvenir tant les gens y sont chaleureux et accueillants. La ville n’est pas trop grande et les transports pas compliqués, donc pas de prise de tête. Et le joyau d’Hiroshima que je me réserve pour demain, mérite qu’on se pose dans cette ville.

Intégralité des photos de cette journée :

7° jour – Arrivée Hiroshima

 Et là :

8° jour – Hiroshima

 

Passer au jour suivant : Miyajima

ou

Retour à l’accueil

 

Partagez cet article :