Kawaguchiko 2016 – La pagode Chureito et le Mont Fuji

kawaguchiko-2016-fuji-chureito-pagode

Lundi 18 avril 2016, le matin


Il est cinq heure et demi quand j’ouvre l’œil ce matin avec les premiers rayons du soleil très matinal lui aussi en ce printemps. En écartant le rideau de ma chambre d’hôtel avec vue sur le grand Fujisan, tout à côté de la gare de Kawaguchiko, je prends une belle claque.

Devant mon nez, le Mont Fuji pose et en impose sous un ciel bleu à peine encombré de nuages, baigné par les lueurs orangées du lever du jour.

kawaguchiko-2016-fuji-vue-hotel-lever-soleil

Je réalise que ce moment tant fantasmé se réalise là, maintenant.

Arrivée hier à Kawaguchiko, j’ai fait une première balade autour du grand lac mais les nuages recouvraient le sommet du volcan.
C’est un peu frustrant de venir jusqu’ici et de manquer de chance quant à la météo.
Le Fujisan est souvent recouvert de nuages et j’avais vu qu’il fallait venir de bonne heure pour avoir une chance.
C’est pourquoi je me suis posée deux nuits ici et je suis bien récompensée ce matin.

L’une des vues les plus célèbres du Mont Fuji est la vue depuis la pagode de Chureito dans le parc Arakurayama Sengen. Avec la pleine floraison des cerisiers qui tombent pile-poil en ce moment, le spectacle est unique regroupant trois des symboles du Japon.


kawaguchiko-2016-gare-train-thomas-land-fuji

Je me hâte pour arriver très tôt à la gare de Shimoyoshida à moins de quinze minutes de train de Kawaguchiko. J’ai à nouveau la chance de monter sur un chouette train.

En sortant de la gare vers 7 heures du matin, on se retrouve presque en campagne avec des petites maisons et jardins. Le chemin, très tranquille pour arriver au parc, n’est pas long.


kawaguchiko-2016-shimoyoshida-chureito-pagode-chemin.3

kawaguchiko-2016-shimoyoshida-chureito-pagode-chemin

Une fois passée la petite rivière, on arrive aux premiers escaliers bordés de lanternes rouges qui débouchent sur un grand torii. On a déjà une belle vue de la ville de Fujiyoshida en contrebas.


kawaguchiko-2016-chureito-pagode-entree

kawaguchiko-2016-fuji-chureito-pagode-torii

kawaguchiko-2016-fuji-chureito-pagode-torii

C’est le début d’une longue ascension sur le flanc de la colline grâce à des escaliers en pierre qu’on voit monter à perte de vue. Je me retourne de temps en temps et voit le Mont Fuji se dévoiler.

kawaguchiko-2016-fuji-chureito-pagode-escaliers

Bien essoufflée, une fois en haut après quelques 400 marches, le point de vue est impressionnant.

La pagode est juste là et je fais encore un tout petit effort pour me placer juste derrière.

kawaguchiko-2016-fuji-chureito-pagode

J’ai, devant moi, une des plus belles vues du Japon.

La pagode à cinq étages est sublime et un très petit espace, « spot photo », est aménagé en surplomb pour que les visiteurs puissent profiter de la vue de la pagode et du Mont Fuji en arrière plan. Il y a des cerisiers en fleur un peu partout et chacun mitraille le paysage. Il est très tôt mais il y a déjà plusieurs personnes pour prendre la photo iconique. On a le soleil dans le dos, le ciel est toujours bleu et le nombre restreint de personnes à cette heure-là sont des conditions idéales.


kawaguchiko-2016-fuji-chureito-pagode.spot-photo

kawaguchiko-2016-fuji-chureito-pagode

La pagode est comme neuve et pour cause elle date seulement de 1963. On rencontre de nombreux érables ce qui laisse à penser que la visite du parc doit aussi être splendide à l’automne. A la petite différence que le sommet du Fuji est moins enneigé, l’été étant passé par là.


kawaguchiko-2016-fuji-chureito-pagode.

kawaguchiko-2016-fuji-chureito-pagode


kawaguchiko-2016-fuji-chureito-pagode

kawaguchiko-2016-fuji-chureito-pagode

Une fois qu’on s’en est mis plein les mirettes, il n’y a plus trop grand chose à faire. On peut continuer la visite du parc en se baladant sur les chemins bordés de cerisiers sur le flanc de la colline. On a là d’autres jolies vues du volcan.


awaguchiko-2016-fuji-chureito-pagode

kawaguchiko-2016-shimoyoshida-vue-ville-fuji

J’ai le même sentiment que lorsque j’étais devant le pavillon d’or à Kyoto. Réussir à partir alors que j’ai devant les yeux une de mes images iconiques du Japon que j’attends de voir depuis longtemps.

Bon, après une bonne imprégnation de la vue, je me dis que c’est bon, je vais réussir à m’en souvenir. Il est quand même temps de redescendre pour profiter de la journée. Retourner sur le lac Kawaguchi avec un ciel plus dégagé que la veille et pousser jusqu’à un deuxième lac où se trouve le très beau village Lyano no Sato.

Partagez cet article :