Les trains de Kyushu

ibusuki-2019-train-ibusuki-no-tamabe

Si vous allez à Kyushu et que vous voyagez en train, je ne saurais que trop vous recommander d’utiliser les trains spéciaux mis en place sur certaines lignes et en nombre limité seulement.

Ces trains sont magnifiques autant à l’extérieur qu’à l’intérieur, superbement aménagés à la manière de ces trains anciens avec des boiseries, des sièges en tissus de couleurs face aux grandes vitres afin de voir défiler les paysages comme au cinéma.

Kyushu en compte un grand nombre partant des principales grandes villes. Vous trouverez les différents trajets et caractéristiques de ces trains en suivant ce lien. Vous y trouverez aussi l’indispensable PDF des horaires de chaque train à consulter car certains ne circulent pas tous les jours. Le site est très bien fait et donne beaucoup de détails sur les trains et leurs aménagements, les horaires et une carte animée des itinéraires.

Il est indispensable de réserver en se rendant aux guichets des trains JR pour pouvoir y monter et cela sans supplément de prix avec le Japan Rail Pass. Attention cependant car il faut parfois même réserver bien à l’avance car ces trains sont pris d’assault pour visiter Kyushu tellement c’est une chouette expérience. Ainsi je n’ai pas pu monter dans le train qui partait de Kumamoto vers Misumi en voulant réserver juste avant le départ. Grosse déception …. mais il est possible d’aller sur les quais pour voir partir les trains et si on est en avance d’y jeter un coup d’œil rapide à l’intérieur sans déranger les passagers, ce que faisait pas mal de monde en fait.

Le Limited Express Ibusuki No Tamatebako : de Kagoshima-chuo à Ibusuki

Le premier de ma liste est le Ibusuki no Tamatebako. Avec seulement trois départ par jour depuis Kagoshima le train nous fait passer le long de la côte sur plusieurs kilomètres pour arriver à Ibusuki en moins d’une heure. Pas de bol ce jour-là, le temps était au maximum brumeux.

ibusuki-2019-train-ibusuki-no-tamatebako

Le train est moitié noir, moitié blanc à l’extérieur orné d’inscriptions dorés. L’intérieur avec son plancher de bois et ses sièges de couleurs vives est aménagé différemment suivant les voitures qui le composent. On y trouve des coins bibliothèques, des espaces enfants avec des petits sièges et un mini parc de bois. Les meilleures places sont face aux grandes vitres pour être aux premières loges du spectacle. Une employée charmante passe dans les voitures et propose aux passagers d’être pris en photos avec un panneau de carton daté du jour représentant une grosse clé. On peut porter en prime la casquette de conducteur de train. Toujours de très bon esprit et sans frais supplémentaire évidemment.


ibusuki-2019-train-ibusuki-no-tamatebakoibusuki-2019-train-ibusuki-no-tamatebako

ibusuki-2019-train-ibusuki-no-tamatebako

ibusuki-2019-train-ibusuki-no-tamatebako

Le SL Hitoyoshi : de Kumamoto à Hitoyoshi

C’est à bord d’un train d’un autre temps que l’on parcoure en quand même deux et vingt minutes les 90 kms qui séparent Kumamoto d’Hitoyoshi au sud.

Je n’ai pu voir ce train que sur le quai et ne suis donc pas montée dedans. De toute façon, il était bien plein de touristes qui s’entassaient derrière les vitres panoramiques. Dommage car les descriptions des voitures promettait du grand luxe. Bon en même temps je n’avais pas l’intention d’aller à Hitoyoshi !

Mais rien que le départ du train valait le déplacement. Rappelant ces scènes de films se passant au début 20ème siècle, il y avait là les badauds sur le quai et les voyageurs s’échangeant des au revoir de la main sous le sifflet strident et puissant actionné par le conducteur.

Le mécano derrière lui s’activait à remplir de charbon le foyer de la locomotive.

Car pour faire décoller ce monstre il faut de la puissance et au moment du départ, la cheminée crachait une quantité incroyable de fumée épaisse d’un noir intense. Alors que de nos jours on fait tellement attention à réduire notre part de pollution, de voir toute cette fumée, ça jette un petit malaise.

Une fois le train hors de vue, le quai s’étant rempli de fumée, personne n’a trainé là et tout le monde s’est précipité vers les couloirs de la gare en toussotant un peu. Une fois à l’intérieur de la gare, l’odeur avait réussi à pénétrer. Les gens qui travaillent dans la gare de Kumamoto doivent avoir ainsi leur journée rythmée par ces odeurs envahissantes à chaque départ de ce train mais au moins cela doit leur donner une idée de l’heure qu’il est. Chacun ses repères de temps.


kumamoto-2019-train-sl-hitoyoshi-2kumamoto-2019-train-sl-hitoyoshikumamoto-2019-train-sl-hitoyoshikumamoto-2019-train-sl-hitoyoshi

kumamoto-2019-train-sl-hitoyoshikumamoto-2019-train-sl-hitoyoshikumamoto-2019-train-sl-hitoyoshikumamoto-2019-train-sl-hitoyoshi

kumamoto-2019-train-sl-hitoyoshi

Le Limited Express A-Train

Je comptais bien prendre ce train pour aller à Misumi  à une trentaine de kms à l’ouest de Kumamoto mais il était déjà complet quand j’ai voulu réserver juste avant le départ. J’ai profité d’être à la gare de Kumamoto en fin de journée pour aller sur le quai et voir le dernier train de la journée revenir. Je n’ai pas eu le temps de monter dedans mais les voitures sont ici aussi superbement aménagées de belles banquettes et de vitraux.


kumamoto-2019-limited-express-a-train-1

kumamoto-2019-limited-express-a-train-1

Partagez cet article :