Kagoshima 2019 – Premier jour du voyage

kagoshima-2019-sakurajima

 

Jeudi 28 mars 2019

 

 

 

Franchement je ne vois pas pourquoi j’ai toujours négligé Kyushu, l’une des quatre îles principales du Japon, la plus au sud.

Enfin, si, je sais, juste par manque de temps puisqu’elle est la plus éloignée et aussi de curiosité car Kyushu n’est pas aussi bien mise en avant que les stars que sont Tokyo et Kyoto.

Pour ce 6 ème voyage, j’ai sauté le pas pour découvrir un peu plus de ce pays mais je crois que c’est surtout pour fuir la foule de touristes qui grossit d’année en année et qui m’avait pas mal refroidit à l’automne 2017 à Kyoto.

Et bien c’est vraiment dommage que je n’y sois pas restée plus longtemps que les 6 jours prévus, c’est évidemment trop peu mais cela m’a quand même donné une impression très chouette.

J’ai commencé mon voyage à Kagoshima, ville au sud de Kyushu où je suis arrivée en début de soirée au terme d’un long trajet en train de 1500 kms depuis Tokyo où j’avais atterri en matinée. J’ai malheureusement perdu une journée de mon planning car au dernier moment à Toulouse on a annulé mon vol pour le remplacer par un autre, le lendemain matin qui me faisait arriver à 09h15 à Narita. Le temps de récupérer le bagage et de retirer mon JR Pass, j’étais juste à l’heure pour monter dans le train de 10h45 mais sans avoir eu le temps de fumer ma première cigarette. Je devrais attendre le shinkansen entre Tokyo et Kobe pour retrouver ce fameux bocal fumeur. Ahhhh quelle trouvaille !

Dans le dernier train entre Kobe et Kagoshima, je me suis laissée aller à dormir au moins deux heures car j’avais peu dormi dans l’avion. Dans le coltard complet j’ai vite rejoint mon hôtel à dix minutes à pied de la gare et je m’écroule. Evidemment je n’ai pas fait long feu ce premier soir mais je me suis endormie avec la sensation d’être bien arrivée là où je voulais être en ayant retrouvé cette ambiance propre au Japon comme les rues animées, les konbinis à chaque coin de rue, les pious pious entendus aux passages piétons, les bus rigolos, les plaques d’égouts colorées, les plots de chantier en forme d’animaux, le kawaii, la vie et les couleurs.


japon 2019 balise-travaux-girafes
kagoshima-2019-tramway2

kagoshima-2019-bus
kagoshima-2019-tramway

J’avais programmé quelques visites pour cette journée que je n’ai donc pas pu faire. Aller voir le volcan Sakurajima dans la baie de Kagoshima, visiter le jardin Sengan-en et le Yoshino park pour voir les cerisiers qui sont en pleine floraison pour mon arrivée, ou encore la forêt de Shiroyama pour son panorama sur le volcan.

Ma visite du lendemain consacrée à Ibusuki à une heure de train au sud, m’a quand même laissé le temps d’aller voir le volcan et ses fumées depuis le port de Kagoshima à mon retour en ville. Je ne pouvais quand même pas partir sans le voir.

Kagoshima est une ville plus grande que je ne l’imaginais et qui mérite bien plus d’une journée.

kagoshima-2019-rue-de-nuit